ESCARGOT LAND


Aller au contenu

XIIe au XVIIIe

HISTOIRE

  • Le Moyen-âge Chrétien qui divise les espèces vivantes en deux catégories celles appartenant à Dieu et celles appartenant au Diable, s'interroge sur la nature et les bienfaits de l'escargot.
  • D'une part apparenté à un ver naissant spontanément de la pourriture, symbole de paresse et de lâcheté ; il est d'autre part symbole de renouveau, de renaissance lorsqu'il sort de terre au Printemps. Les croyances populaires l'associent alors au déroulement du temps qui passe.
  • Mais malgré cette ambiguïté de représentation, l'escargot fait toujours partie de la pharmacopée médiévale.
  • L'abbesse bénédictine Hildegarde de Bingen, estime, dans son livre des subtilités des créatures divines (XIIe siècle), que la nature froide de l'escargot lui permet d'enrayer le feu de l'infection : "Si quelqu'un est rongé de vermines, on prendra la coquille d'escargots qu'on réduira en poudre et on mettra cette poudre sur l'endroit où se trouvent les vers ; ceux-ci mourront et on sera guéri."
  • On pense, à peu près à la même époque, que les animaux non seulement fourniraient des remèdes à l'homme, mais encore leur apprendraient la manière de les administrer. Ainsi l'escargot aurait enseigné aux apothicaires la manière de façonner les pilules : "La coutume qu'ont ces mollusques de se ramasser en boule à l'accouplement de la lune et du soleil et de se rouler ensuite sur un peu de terre, aurait servi d'exemple aux apothicaires dans la confection des pilules, non seulement dans leur forme, mais encore dans le fait de les couvrir d'une poudre inerte dans les boîtes et les coffrets d'airain, où ils les conservaient." 6
  • Plus tard, en 1738, la Pharmacopée universelle de Lemery nous donne la façon de préparer l'eau de limaçons : "On aura des limaçons vivants avec leur coquille, on les lavera, puis on les écrasera dans un mortier de marbre, on les mettra dans une grande cucurbite de verre qu'on placera au bain-marie, on versera dessus le lait d'ânesse nouvellement tiré, on brouillera bien le tout avec une espatule de bois, et ayant adapté sur la cucurbite son chapiteau avec son récipient, et ayant lutté les jointures, on laissera la matière en digestion pendant douze heures, puis on fera la distillation. On exposera l'eau distillée pendant plusieurs jours au soleil dans une bouteille de verre débouchée, puis on la gardera. Elle est humectante, rafraîchissante, propre pour les rougeurs de la peau, on s'en sert pour décrasser le visage, pour adoucir les rugosités du cuir, on l'emploie avec des petits linges fins ; on peut aussi en donner intérieurement pour la phtisie, pour le crachement de sang, pour la néphrétique, pour les ardeurs d'urine. La dose en est depuis une once jusqu'à six."

Revenir au contenu | Revenir au menu